peluche sur les rails de train

Les effets du harcèlement sur la santé mentale

Les intimidations touchent les enfants et les adolescents depuis des générations. Mais ce n’est que récemment que nous avons compris ces effets sur la santé mentale, qui s’étendent au-delà de la victime, aux spectateurs qui en sont témoins et aux persécuteurs eux-mêmes.

Qu’est-ce que l’intimidation ?

Les Centers for Disease Control (CDC) définissent les intimidations, en anglais bullying comme une forme de « violence juvénile » à l’égard d’une victime, impliquant un comportement agressif non désiré de la part d’un auteur (un individu ou un groupe). Au cœur des intimidations se trouve un déséquilibre de pouvoir, qu’il soit perçu ou réel, en termes de statut social, de richesse, de force physique ou de taille. Les intimidations peuvent être répétées pendant un certain temps et entraîner des dommages physiques, psychologiques, sociaux ou éducatifs.

La nature prolongée de cet acte d’intimidation les différencie des comportements ponctuels ou des incidents isolés tels que les disputes et les bagarres. Les comportements d’intimidation comprennent :

  • l’intimidation ou le préjudice physique : faire trébucher, frapper, pousser ou cracher sur une victime
  • l’exclusion sociale, le fait de se moquer de la victime, les taquineries, les injures et/ou les insultes
  • les menaces, la destruction de biens, le fait d’obliger la victime à faire quelque chose qu’elle ne veut pas faire
  • répandre des rumeurs ou des mensonges sur la victime.

Les auteurs de cyberintimidation tourmentent leurs victimes en public, en privé et/ou de manière anonyme par le biais de textos, d’applications, de forums et de plateformes de jeux. Les rumeurs, les menaces et les injures sont leurs armes habituelles, mais les médias sociaux et les textos leur permettent d’envoyer à leurs victimes des images explicites, ou d’envoyer des images de leurs victimes à d’autres personnes. Ils peuvent également bombarder les victimes de questions incessantes : Où es-tu ? Avec qui es-tu ? Que fais-tu ?

enfant seul dans le noir

À moins qu’il ne soit signalé et supprimé, le contenu des médias sociaux est un enregistrement numérique permanent qui peut causer des problèmes aux victimes et aux intimidateurs. Les enseignants et les parents peuvent ne pas s’apercevoir de la cyberintimidation avant que le problème ne prenne de l’ampleur.

Lire aussi :  Crises d'angoisse : que faire pour les maîtriser ?

Prévalence de l’intimidation

Un élève sur cinq âgé de 12 à 18 ans déclare avoir été victime de harcèlement. Cela arrive souvent, au moins une fois par semaine, dans 14 % des écoles publiques. Les cas sont les plus nombreux dans les collèges, suivis des lycées et des écoles primaires.

Les adolescents sont encore plus nombreux à subir des intimidations en ligne. Le Pew Research Center (PRC) a constaté que près de deux adolescents américains sur trois ont été victimes de cyberintimidation. La cyberintimidation pouvant être publique et se dérouler 24 heures sur 24, 7 jours sur 7, les victimes peuvent avoir l’impression qu’elles ne pourront jamais s’en débarrasser.

Les enfants et les adolescents qui risquent le plus d’être victimes de harcèlement sont souvent considérés comme « différents » en raison de leur apparence, de leur orientation sexuelle, de leur identité culturelle ou de leur handicap. Ils peuvent être nouveaux à l’école et/ou avoir moins d’amis. Les auteurs des brimades peuvent être populaires et bien connus, ou bien en marge de la société. Ils peuvent être victimes d’intimidations passées ou victimes pendant qu’ils intimident d’autres personnes. Ils sont plus susceptibles d’intimider les autres s’ils ont du mal à respecter les règles, si leurs parents sont moins impliqués et/ou s’ils considèrent la violence comme acceptable.

« 59 % des adolescents américains ont été victimes d’intimidation ou de harcèlement en ligne, et une proportion similaire affirme qu’il s’agit d’un problème majeur pour les jeunes de leur âge. Dans le même temps, les adolescents pensent majoritairement que les enseignants, les entreprises de médias sociaux et les politiciens ne parviennent pas à résoudre ce problème. »

Pew Research Center (PRC)
enfant qui pleure

Effets du harcèlement sur la santé mentale

Les intimidations peuvent affecter la santé mentale, physique et émotionnelle pendant les années scolaires et à l’âge adulte. Elles peuvent entraîner des blessures physiques, des problèmes sociaux ou émotionnels et, dans certains cas, même la mort.

Les enfants et les adolescents victimes d’intimidation et de harcèlement sont plus susceptibles de souffrir de dépression, d’anxiété et parfois d’une atteinte durable à l’estime de soi. Les victimes se sentent souvent seules. Certaines victimes peuvent riposter avec une violence extrême et soudaine ; le site stopbullying.gov rapporte que dans 12 des 15 fusillades dans les écoles, les tireurs avaient été victimes d’intimidation.

Lire aussi :  Le téléphone au lit : Comment cette habitude nuit à votre sommeil et à votre santé

Les auteurs d’intimidation risquent davantage d’adopter des comportements antisociaux, parfois violents, tels que les bagarres et la destruction de biens. Ils ont souvent des problèmes à l’école, pouvant aller jusqu’à l’abandon scolaire. Ils sont plus susceptibles d’abuser de substances et d’alcool. Ces comportements peuvent se poursuivre à l’âge adulte, lorsqu’ils sont plus susceptibles de maltraiter leur partenaire, leur conjoint ou leurs enfants, ou de s’engager dans un comportement criminel.

Les victimes d’intimidation, c’est-à-dire ceux qui intimident et sont intimidées, subissent les effets les plus graves. Elles risquent davantage de souffrir de troubles mentaux et comportementaux que les victimes ou les agresseurs seuls. Les taux de dépression, d’anxiété, d’idées et de comportements suicidaires sont les plus élevés dans ce groupe.

Les spectateurs se répartissent en deux groupes : ceux qui agissent pour mettre fin aux brimades et ceux qui ne le font pas. Ces derniers peuvent avoir peur des représailles et être contrariés parce qu’ils voulaient intervenir et ne l’ont pas fait. Ils peuvent souffrir d’une anxiété et d’une dépression accrues qui peuvent affecter les résultats scolaires et augmenter leur consommation de substances, d’alcool et de tabac. Les témoins qui agissent pour mettre fin aux intimidations ou au harcèlement ont toutefois des effets bénéfiques, notamment une meilleure estime de soi.

Il n’y a pas de corrélation directe entre les intimidations et le suicide, qui n’est généralement pas dû à une source unique de traumatisme. Mais les intimidations et le harcèlement peuvent contribuer aux sentiments intenses d’impuissance et de désespoir qui caractérisent les comportements suicidaires. Les victimes ou les auteurs d’intimidations fréquentes et continues courent un plus grand risque de comportement suicidaire. Les victimes de brimades présentent le risque le plus élevé de comportement suicidaire.

La victimisation par intimidations et harcèlement est un exemple de stress toxique, en particulier lorsqu’il est cumulatif et se produit année après année.

Evans, et al, Journal of Child and Family Studies (Journal des études sur l’enfant et la famille)


L’importance de la lutte contre les brimades

En raison des effets potentiels sur la santé mentale de toutes les personnes concernées, il est important de tenir compte des signes avant-coureurs des intimidations.

Lire aussi :  Les 10 principes de développement personnel pour améliorer votre vie quotidienne

Les enfants victimes d’intimidation peuvent rentrer à la maison avec des blessures inexpliquées, des livres « perdus » ou des objets endommagés. Ils peuvent avoir des problèmes de sommeil et se désintéresser de leurs activités préférées. S’ils ont peur d’entrer dans la cafétéria à l’heure du déjeuner, ils peuvent rentrer à la maison le ventre vide. Ils peuvent faire semblant d’être malades pour éviter d’aller à l’école, ce qui affecte leurs résultats scolaires. Certains évitent les interactions sociales, tandis que d’autres commencent à intimider les autres. Les victimes peuvent essayer de s’en sortir en se faisant du mal ou en s’enfuyant.

Les intimidateurs, quant à eux, peuvent devenir plus agressifs ; ils peuvent compter parmi leurs amis d’autres intimidateurs. Le comportement d’intimidation peut être un mécanisme pour faire face au stress ou aux abus dans leur vie. Ils peuvent jouer le jeu de l’accusation, refusant d’assumer la responsabilité de leurs actes. L’argent ou les biens supplémentaires inexpliqués sont également des signes d’alerte.

Les brimades étant traumatisantes pour toutes les personnes concernées, il est important d’y remédier le plus tôt possible. Les parents et les enseignants peuvent s’efforcer d’assurer la sécurité et de prévenir les intimidations à l’avenir. La gestion du stress et les techniques de relaxation peuvent également être utiles. Les conseillers de Journal Santé sont prêts à vous aider, vous et votre enfant, à faire face à tout événement traumatisant. La première étape consiste à prendre contact avec nos professionnels afin que nous puissions vous proposer des solutions et des traitements appropriés.

Comment pouvons-nous vous aider ?

Journal Santé est là pour vous aider et à trouver un meilleur chemin. Nous traitons un large éventail de conditions psychiatriques pour les enfants et les adultes. Contactez-nous dès aujourd’hui, nous sommes prêts à vous aider.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *