traumatismes enfant et le cerveau

L’impact des traumatismes sur le fonctionnement cérébral

La pandémie. Les troubles sociaux, les catastrophes naturelles, la guerre. Il n’est pas nécessaire de chercher bien loin pour trouver des événements traumatisants qui affectent un grand nombre de personnes. Parmi les crises plus personnelles, citons le divorce, la mort, les abus, la violence, les agressions sexuelles et les accidents.

Un événement traumatique est une expérience suffisamment effrayante, choquante ou dangereuse pour affecter physiquement et émotionnellement une personne, qu’elle fasse partie de l’événement ou qu’elle en soit témoin.

Le traumatisme résultant d’un événement pénible peut provoquer des symptômes inattendus qui perturbent la vie quotidienne. Par exemple, après un accident de voiture, il se peut que vous ne puissiez pas conduire ou rouler sans anxiété. Votre cœur peut s’emballer de façon inattendue, même si vous ne pensez pas activement à l’accident. Vous pouvez « voir » l’accident encore et encore. Le fait de vous rendre sur les lieux ou même de voyager à proximité peut déclencher une crise de panique.

Il est utile de savoir que ce n’est pas vous qui êtes en cause, mais votre cerveau. Il est encore plus utile de savoir que votre cerveau peut guérir d’un traumatisme.

L’expérience d’un traumatisme

Quatre zones du cerveau entrent en action après un événement traumatisant :

  • L’amygdale, une région qui détecte les menaces et relie les émotions à la mémoire, nous indiquant ce qui est sûr et ce qui ne l’est pas.
  • L’hippocampe, essentiel à l’apprentissage et au traitement de la mémoire et des émotions.
  • Le cortex préfrontal, centre cérébral de la pensée rationnelle, de la réflexion de haut niveau, de la planification et du langage. Il aide à contrôler l’amygdale.
  • L’hypothalamus et l’hypophyse, qui libèrent les hormones de stress à la fois pendant l’événement et plus tard, pendant le syndrome de stress post-traumatique.

Le traumatisme affecte profondément les trois premières zones du cerveau. L’amygdale devient plus active et hypersensible, prête à vous alerter de toute menace, réelle ou perçue. Les bruits forts, quelqu’un ou quelque chose qui vous rappelle le traumatisme deviennent des déclencheurs d’alarme et de panique. Vous devenez moins apte à tolérer le stress.

Lire aussi :  Comment préserver sa santé mentale en période de stress ?
traumatismes et le cerveau homme qui regarde à travers la fenêtre

Après un traumatisme, les hormones de stress tuent les cellules de l’hippocampe, qui rétrécit. Vous pouvez avoir des pertes de mémoire ou des souvenirs persistants et dérangeants, ainsi qu’une capacité limitée à gérer les émotions. Le cerveau a du mal à faire la distinction entre le passé et le présent. Un souvenir de traumatisme peut donner l’impression de se produire en ce moment même, ce qui incite l’amygdale à le considérer comme une menace et à envoyer un signal d’alarme. La connexion entre l’hippocampe et l’amygdale se renforce, ce qui contribue à créer un état de peur et d’anxiété lié au traumatisme.

Le fonctionnement du cortex préfrontal s’en ressent également. Nous avons tous vécu des situations accablantes dans lesquelles notre cerveau pensant s’est tout simplement arrêté de fonctionner. Le traumatisme interrompt la capacité du cortex préfrontal à faire son travail. Avec une capacité de raisonnement réduite, il devient difficile pour votre cerveau de contrôler ou d’évaluer les alarmes provenant de l’amygdale. Il devient difficile d’identifier les vraies menaces parce que tout semble dangereux.

Les personnes souffrant de troubles mentaux ou ayant vécu des expériences traumatisantes au cours de leur vie sont plus susceptibles d’être affectées par ce type de troubles que par d’autres.

Institut national de la santé mentale, Coping with Traumatic Events (Faire face aux événements traumatisants)

En outre, un apport constant d’hormones de stress vous maintient dans un état de vigilance, d’hyperexcitation et d’anxiété. La surcharge surrénale vous laisse sur le qui-vive, fatigué et vulnérable à la fermeture et aux sentiments de dépression.

Le traumatisme perturbe la vie quotidienne

Toute cette activité cérébrale induite par le traumatisme se traduit par des symptômes qui modifient la façon dont vous vivez et vous comportez. Le syndrome post-traumatique est un état souvent déroutant, dû à des instincts de survie qui prennent le dessus sur la « normalité ».

Les symptômes post-traumatiques se répartissent en quatre catégories :

  • Pensée – Pensées intrusives et flashbacks liés au traumatisme. A l’inverse, vous pouvez subir des pertes de mémoire.
  • Émotionnel – Émotions et humeurs intenses, telles que la colère ou la tristesse, accompagnées d’une rage soudaine ou de larmes. La négativité et le blâme sont fréquents, tout comme l’engourdissement et l’anxiété. Il peut être difficile de trouver de la joie dans les choses que l’on aimait auparavant.
  • Comportemental – Éviter tout ce qui est lié au traumatisme ou à ses souvenirs. Par exemple, faire des pieds et des mains pour éviter le lieu d’un événement traumatisant ou cacher les photos d’une personne liée au traumatisme.
  • Physique – Changements corporels tels qu’une accélération du rythme cardiaque et un essoufflement, une sensation de nervosité ou d’inquiétude, une facilité à sursauter, des crises de panique, des insomnies et des cauchemars.
Lire aussi :  Écrans et émotions : naviguer dans les méandres de la santé mentale

Le « brouillard cérébral » est une plainte fréquente chez les victimes de traumatismes, qui éprouvent des difficultés à se concentrer ou à assimiler de nouvelles informations. Si vous souffriez d’un trouble mental avant un événement traumatisant, les symptômes de ce trouble peuvent s’aggraver.

Les enfants qui ont été témoins d’événements traumatisants – tels que la violence domestique, les fusillades ou même les bagarres – peuvent développer un stress traumatique qui, avec le temps, peut avoir un impact sur leur santé physique et émotionnelle.

Changing Minds, Understanding the Science of Trauma (Changer les esprits, comprendre la science du traumatisme)

Les symptômes chez les enfants peuvent inclure l’énurésie, l’oubli de la parole (ou l’incapacité à la parler), la mise en scène de l’événement traumatisant, la crispation, le refus d’aller dans de nouveaux endroits ou de répondre à des personnes qu’ils ne connaissent pas. Comme les symptômes empêchent les enfants d’être attentifs à l’école, les traumatismes chez les enfants sont souvent confondus avec le trouble déficitaire de l’attention avec hyperactivité.

Traiter les traumatismes

Heureusement, la neuroplasticité du cerveau lui permet de guérir des traumatismes. L’expression « ce qui s’allume ensemble s’allume ensemble » s’applique non seulement aux traumatismes, mais aussi à la libération des traumatismes. Pour rétablir la santé mentale et physique, nous pouvons détourner les voies neuronales du traumatisme à l’aide de plusieurs thérapies, dont certaines sont encore en cours d’élaboration d’une base de données probantes :

  • TCC – thérapie cognitivo-comportementale (« thérapie par la parole »), qui aide les gens à reconnaître et à modifier leurs schémas de pensée.
  • Il a été démontré que les antidépresseurs neutralisent les effets du stress sur l’hippocampe.
  • EMDR – thérapie de désensibilisation et de retraitement des mouvements oculaires, conçue pour aider les victimes de traumatismes à traiter leurs souvenirs, à soulager leur détresse et à réduire leur hyperexcitation.
  • Thérapie cognitivo-comportementale centrée sur le traumatisme (TF-CBT), conçue pour les enfants et les adolescents.
  • la réduction du stress basée sur la pleine conscience, l’expérience somatique (une approche centrée sur le corps), l’hypnose et la programmation neurolinguistique.
Lire aussi :  Le téléphone au lit : Comment cette habitude nuit à votre sommeil et à votre santé
traumatismes femme psychologue

Chaque personne est unique. Il n’existe pas de thérapie unique pour les traumatismes. En plus de la thérapie menée par un conseiller, plusieurs pratiques à domicile peuvent vous aider à traiter les traumatismes et à réduire les symptômes. La tenue d’un journal permet de traiter les souvenirs et les émotions et de « réveiller » le cortex préfrontal. L’exercice physique et le yoga sont de bons moyens de soulager et d’évacuer le stress. En outre, des relations de soutien avec des personnes de confiance, le fait d’éviter l’alcool et l’automédication, de respecter des horaires réguliers pour les repas et le sommeil et de limiter les situations stressantes sont autant de facteurs qui peuvent contribuer à réduire les symptômes.

Ne restez pas dans la boucle du traumatisme

Le stress chronique résultant d’un traumatisme fait des ravages. Rester bloqué dans la boucle traumatique du cerveau peut renforcer des voies neuronales malsaines et mettre le corps à rude épreuve, ce qui peut entraîner des maladies physiques chroniques et des problèmes de sommeil et de digestion. Pour guérir d’un traumatisme, il faut s’engager à chercher de l’aide et à suivre un programme thérapeutique.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *